Les femmes aux commandes ne sont pas des « manageurs comme les autres » : elles sont souvent bien meilleures !

Pour les machos, cette idée est une ineptie.
Pour les égalitaristes, considérant que le sexe n’est pas un gage de pertinence, dans un sens comme dans l’autre, c’est une assertion ridicule. Ils ont raison. Quoique…
La différence biologique entre les unes et les autres ne saurait expliquer ni justifier une quelconque supériorité dans les pratiques d’autorités.  C’est sûr.
Des écarts existent pourtant, interdisant aux femmes (en tant que telles) l’accès aux commandes  et les enfermant dans le modèle de référence du mâle dominant lorsqu’elles parviennent à briser les « plafonds de verre ».  Ils sont culturels.
Il n’empêche, l’observation démontre qu’en masse, les manageures sont globalement plus efficaces. Non pour leurs gènes mais justement pour leur culture humaine, sociale et… Continuer la lecture

Manager c’est communiquer nous dit-on.

Vous avez un problème de management ? Quel qu’il soit, il faut communiquer !

Toujours plus et mieux.
LA « communication » est la baguette magique du monde moderne. Elle peut résoudre tous les problèmes, soulever les montagnes, faire disparaître les douleurs et, pourquoi pas, infléchir la course des comètes…
Elle est philtre d’adhésion, levier de motivation, souffle de vertu, méthode de vente  et onction miraculeuse pour tous les soucis d’autorité.
Votre client trouve qu’il est mal traité ? Communiquez !
Vos collaborateurs vous disent qu’ « il a peut-être un peu raison ? ». Il vous faut les convaincre du contraire. Nous sommes les meilleurs !
Fanfares et trompettes.
De toute façon, on ne peut pas modifier notre processus.
Il est parfait.
Puisqu’on vous le dit !
Avez-vous essayé de les… Continuer la lecture

le machisme triomphant grossièrement « revisité ».

Sans sa Ministre des Armées, cette « équipe » serait une parfaite caricature de la pérennité des dominances machistes aux sommets des organisations. Une patronne des Armées, ça semble osé. Ça fait moderne. Dans ce gouvernement les femmes sont aussi nombreuses que les hommes mais en termes de pouvoir elles sont en position subalterne. Unique ministre « régalien » (officiellement), elle est bien isolée dans une armée de mâles à tous les postes clés, dont les Ministres d’Etat et les détenteurs des ministères à portée politique et électorale : président de la république, premier ministre, intérieur, affaires étrangères, budget, finances, économie, justice, super environnement, éducation, agriculture, porte-parole…

Si l’on se souvient que le Chef de l’Etat est le « Chef des Armées », cela pondère l’enthousiasme. La ministre des Armées apparait clairement, comme la plupart… Continuer la lecture

Le chef a toujours raison. Même quand il a tort. Pourquoi ? Parce qu’il est le chef ! De toute façon, les subalternes  ne peuvent penser aussi juste que lui ! Sinon pourquoi seraient-ils subalternes ? Cela va de soi.

Hors du chef point de pertinence, sauf, bien-sûr, pour son propre chef, nécessairement un peu plus malin !  Le chef du chef est une lumière, c’est bien connu. Le DG, l’oracle suprême. Evidemment, il ne saurait se tromper… par définition. Mais me dira-t-on, si ses choix se révèlent inopérants ou désastreux, serait-ce de sa faute ? Que nenni ! C’est celle des subalternes, de la concurrence, des fournisseurs, de la conjoncture, des conseils, des gouvernances précédentes, de  distorsions imprévisibles du marché, des services fonctionnels, de l’administration, de l’après-vente, de la maintenance, des vilains polonais, des marées … ou tout simplement à… Continuer la lecture

Le résultat du premier tour des présidentielles sera un formidable indicateur  de la sensibilité des français vis-à-vis de la moralité de nos hommes politiques. Certes, les deux candidats impliqués dans les « affaires » sont, pour l’instant, « seulement » mis en examen. Dans de nombreux autres pays d’Europe cela aurait suffi pour qu’ils se retirent promptement, certains d’être balayés.

Si l’un des deux est présent au second tour cela signifiera que son électorat spécifique privilégie sa  détestation de l’adversaire, ses certitudes et ses projections contre vents et marées. Peu lui importe qu’un jour soit enfin révélé que son héros fut coupable, que la position du nouveau président soit intenable durant tout un quinquennat : seul compte le parti pris !

Si les deux candidats soupçonnés accèdent à la finale, la leçon sera autrement plus grave. Les affaires n’auront eu aucun effet… Continuer la lecture

Denis Paupin et le Cardinal Barbarin absouts : l’un de ses actes, l’autre de sa passivité, par la grâce du temps qui passe.

Ce sont peut-être des décisions conformes à la loi mais moralement affligeantes et honteuses pour une démocratie moderne. Les victimes doivent ainsi vivre une humiliation qui perdure, avec l’idée que l’un et l’autre ne seront jamais inquiétés. Dans notre pays, l’agression sexuelle, vite effacée, ne coûte pas cher à ses auteurs et ceux qui les couvrent. On me dira que la carrière du premier est finie, qu’il est bien puni. Pas sûr ! D’autres dominants abusifs  lui offriront sans doute un moyen pour se retourner socialement et peut-être continuer de sévir. De toute façon, il est pleinement responsable de ce qui lui arrive. Le second poursuit son ministère…
Les défenseurs de la prescription avancent plusieurs arguments principaux pour la justifier mais ils sont… Continuer la lecture

Fanfaronnades industrielles et institutionnelles.

Molière aurait des choses à écrire là-dessus.

Quand des dirigeants prennent conscience que des changements profonds sont nécessaires sur des sujets sensibles, déterminants pour la réussite et la pérennité de leur entreprise, ils lancent un grand projet en requérant souvent l’accompagnement d’un prestataire spécialisé dans le domaine. Outre qu’ils attendent la plupart du temps que les effets du problème soient déjà toxiques, ils ont une façon de « gérer le changement » pour le moins paradoxale.
Certes ils en font grand-bruit. C’est-à-qui se montrera plus ambitieux et novateur que le voisin. Mais dans les faits la montagne accouche d’une souris (virtuelle). Comme on dit vulgairement, « on se la raconte ». Car on voudrait changer, mais pour pas trop cher, sans perturber l’agitation des aventures opérationnelles, sans briser le ronron des habitus administratifs, sans froisser les carrières des barons, sans soulever de vagues,… Continuer la lecture

Son obstination est désormais la meilleure chance de tous ses adversaires.

S’en prendre à la justice, une erreur fatale.
Son dernier égarement et probablement le plus grave, a été de s’en prendre vivement à la justice.  Il a ainsi détruit la stratégie déjà un peu bancale qu’il était parvenu à imposer à son camp lors de sa conférence de presse.
C’est d’abord une incohérence sur le fond car il avait dit, en réponse à un journaliste, être certain d’être totalement innocenté. Il aurait donc menti ? Ou sait-il déjà qu’il sera mis en examen ? Ou est-ce une idée d’avocats cherchant à prévenir tous les coups possibles ? En tous cas, son assertion était un des piliers de sa nouvelle posture. Il l’a mise à terre.
Et pourquoi remuer brutalement la vase quand son image est encore floue ? Quelle mouche l’a piqué de déclencher un… Continuer la lecture

La rubrique « Actu » présente les évènements propres au cabinet Solutions Fortes : nouvelles publications, RDV et conférences publiques, créations de produits, partenariats, échanges intéressants sur le blog, etc…

Le site/blog Solutions Fortes a été mis en ligne début juin 2012. C’est la vitrine des nouvelles activités de conseil indépendant de Daniel Feisthammel.

 

C’est le titre  de mon dernier livre, désormais disponible dans la plupart des librairies en ligne ou en boutique. Editeur : Lignes de repères. 

Voici le texte de 4ème de couverture.

Le crépuscule des tyrannosaures.

Les hommes accaparent les positions d’autorité depuis des millénaires. Beaucoup en font du gâchis. L’égo des hommes suffisants mène l’humanité vers des lendemains qui déchantent. Les mêmes raisons profondes les rendent souvent toxiques dans l’exercice de l’autorité, les poussent à asservir les femmes et à les exclure des responsabilités. Face aux défis qui l’attendent, le monde a besoin d’une révolution culturelle, d’une rénovation drastique des pratiques de management et d’une révision des mentalités vis-à-vis de l’accès des femmes aux postes de décision.

La femme biologique n’est pas meilleure gouvernante que l’homme, mais la femme culturelle, sauf exceptions (il y en a d’exécrables, comme il y a des patrons formidables), lui est souvent… Continuer la lecture

Ma dernière publication

A lire également

Coups de pied aux cultes du management

Newsletter

* Ce champs est obligatoire