Temps de lecture : 16 minutes

Les personnalités nuisibles sévissent un peu partout. Il peut être utile de les cerner pour mieux les gérer, en réduire les impacts ou s’en défaire. Extrait de l’ouvrage « Gérer les personnalités difficiles au quotidien »
Cet article fait suite à Identifier et gérer ses nuisibles

Cette distinction entre les différentes sortes de nuisibles n’a pas pour but d’analyser les mécanismes psychologiques propres à chacune. Elle sert surtout à permettre aux tenants de l’autorité d’en repérer les clés pour ne pas être tentés par une interprétation hasardeuse

Les nuisibles ne fonctionnent pas tous à partir des mêmes motivations. Afin de ne pas s’aventurer sur les chemins délicats de leur transformation, nous ne tenterons pas de savoir pourquoi ils sont ainsi, mais plutôt de mesurer comment leurs travers s’expriment.

Cet inventaire est donc très empirique, n’a rien à voir avec un quelconque classement scientifique, et n’a pas la prétention de fournir des explications substantielles à leur comportement.
Certains nuisibles présentent des défauts très ordinaires, mais dont les effets deviennent désastreux quand ils sont poussés à leur paroxysme.

Les sous-titres 

  • Les nuisibles intéressés
  • les nuisibles désintéressés
  • Autres profils de nuisibles
  • Les 8 commandements du nuisible

Les nuisibles intéressés

Certains nuisibles ont, de leur point de vue, des intérêts à défendre contre le système. Quoi qu’on en pense, ils poursuivent avec obstination la satisfaction de leurs besoins.

Le paresseux
C’est le type de nuisible le plus répandu.
Son seul but dans la vie : en faire le moins possible. Le moindre effort lui coûte énormément. Quand il a un emploi, son bonheur est de parvenir à se débarrasser du travail qui va avec. Il éprouve une forte satisfaction à ne rien faire. Ceci lui demande pourtant un minimum de stratégie, d’attention et de constance.

De ce point de vue, il déploie des trésors de compétence et d’imagination. Ça, il sait faire !

Il utilise tous les moyens, y compris le sabotage, pour ralentir les activités, les réduire, les empêcher. Il interrompt les processus, perd exprès l’information, égare les données, met en panne les instruments.

Pour accéder au contenu complet de cet article, lire ou écrire un commentaire

connectez-vous ou abonnez-vous