Management & entreprise

Articles qui traitent du management et de l’entreprise, rédigés par la plume pertinente et aiguisée de Daniel Feisthammel de Solutions Fortes (Bretagne).

Manager c’est communiquer nous dit-on.

Vous avez un problème de management ? Quel qu’il soit, il faut communiquer !

Toujours plus et mieux.
LA « communication » est la baguette magique du monde moderne. Elle peut résoudre tous les problèmes, soulever les montagnes, faire disparaître les douleurs et, pourquoi pas, infléchir la course des comètes…
Elle est philtre d’adhésion, levier de motivation, souffle de vertu, méthode de vente  et onction miraculeuse pour tous les soucis d’autorité.
Votre client trouve qu’il est mal traité ? Communiquez !
Vos collaborateurs vous disent qu’ « il a peut-être un peu raison ? ». Il vous faut les convaincre du contraire. Nous sommes les meilleurs !
Fanfares et trompettes.
De toute façon, on ne peut pas modifier notre processus.
Il est parfait.
Puisqu’on vous le dit !
Avez-vous essayé de les… Continuer la lecture

Le chef a toujours raison. Même quand il a tort. Pourquoi ? Parce qu’il est le chef ! De toute façon, les subalternes  ne peuvent penser aussi juste que lui ! Sinon pourquoi seraient-ils subalternes ? Cela va de soi.

Hors du chef point de pertinence, sauf, bien-sûr, pour son propre chef, nécessairement un peu plus malin !  Le chef du chef est une lumière, c’est bien connu. Le DG, l’oracle suprême. Evidemment, il ne saurait se tromper… par définition. Mais me dira-t-on, si ses choix se révèlent inopérants ou désastreux, serait-ce de sa faute ? Que nenni ! C’est celle des subalternes, de la concurrence, des fournisseurs, de la conjoncture, des conseils, des gouvernances précédentes, de  distorsions imprévisibles du marché, des services fonctionnels, de l’administration, de l’après-vente, de la maintenance, des vilains polonais, des marées … ou tout simplement à… Continuer la lecture

Fanfaronnades industrielles et institutionnelles.

Molière aurait des choses à écrire là-dessus.

Quand des dirigeants prennent conscience que des changements profonds sont nécessaires sur des sujets sensibles, déterminants pour la réussite et la pérennité de leur entreprise, ils lancent un grand projet en requérant souvent l’accompagnement d’un prestataire spécialisé dans le domaine. Outre qu’ils attendent la plupart du temps que les effets du problème soient déjà toxiques, ils ont une façon de « gérer le changement » pour le moins paradoxale.
Certes ils en font grand-bruit. C’est-à-qui se montrera plus ambitieux et novateur que le voisin. Mais dans les faits la montagne accouche d’une souris (virtuelle). Comme on dit vulgairement, « on se la raconte ». Car on voudrait changer, mais pour pas trop cher, sans perturber l’agitation des aventures opérationnelles, sans briser le ronron des habitus administratifs, sans froisser les carrières des barons, sans soulever de vagues,… Continuer la lecture

Son obstination est désormais la meilleure chance de tous ses adversaires.

S’en prendre à la justice, une erreur fatale.
Son dernier égarement et probablement le plus grave, a été de s’en prendre vivement à la justice.  Il a ainsi détruit la stratégie déjà un peu bancale qu’il était parvenu à imposer à son camp lors de sa conférence de presse.
C’est d’abord une incohérence sur le fond car il avait dit, en réponse à un journaliste, être certain d’être totalement innocenté. Il aurait donc menti ? Ou sait-il déjà qu’il sera mis en examen ? Ou est-ce une idée d’avocats cherchant à prévenir tous les coups possibles ? En tous cas, son assertion était un des piliers de sa nouvelle posture. Il l’a mise à terre.
Et pourquoi remuer brutalement la vase quand son image est encore floue ? Quelle mouche l’a piqué de déclencher un… Continuer la lecture

C’est le titre  de mon dernier livre, désormais disponible dans la plupart des librairies en ligne ou en boutique. Editeur : Lignes de repères. 

Voici le texte de 4ème de couverture.

Le crépuscule des tyrannosaures.

Les hommes accaparent les positions d’autorité depuis des millénaires. Beaucoup en font du gâchis. L’égo des hommes suffisants mène l’humanité vers des lendemains qui déchantent. Les mêmes raisons profondes les rendent souvent toxiques dans l’exercice de l’autorité, les poussent à asservir les femmes et à les exclure des responsabilités. Face aux défis qui l’attendent, le monde a besoin d’une révolution culturelle, d’une rénovation drastique des pratiques de management et d’une révision des mentalités vis-à-vis de l’accès des femmes aux postes de décision.

La femme biologique n’est pas meilleure gouvernante que l’homme, mais la femme culturelle, sauf exceptions (il y en a d’exécrables, comme il y a des patrons formidables), lui est souvent… Continuer la lecture

Ma dernière publication
A lire également
Coups de pied aux cultes du management
Newsletter
* Ce champs est obligatoire