Temps de lecture : 12 minutes

Quoi que voudraient nous faire croire les chantres du YAKA, les prosélytes du bon sens, on ne « gère » pas son temps comme une liste de courses à faire. En réalité, on évolue et on se comporte dans le temps en étant puissamment contraint par deux types de données, externes et internes :

  • des paramètres culturels, structurels, matériels, organiques appartenant à l’environnement dans lequel on évolue. Je les ai développés dans un article récent :L’étrange pathologie du management à 2X35 heures par semaine.
  • des ressorts intimes qui structurent en profondeur notre usage du temps, bien en deçà des habitudes. C’est l’objet de cet article.

Cet article fait suite à un précédent : Optimisation des conduites professionnelles : une solution innovante et pragmatique.
Son contenu est extrait de mon premier ouvrage, coécrit en 1997 avec Pierre Massot, « Conduites professionnelles, conduites de management ». Il est épuisé mais il nous en reste pour les amateurs.
La démarche utilisée est fondatrice de la technologie originale des « Echelles de niveaux de pratiques »  présentée dans un autre article. Développement, discipline et évaluation des comportements professionnels
Ce thème y est développé parmi dix autres : l’identité professionnelle, l’autonomie, le rapport aux autres, la responsabilité (Voir Infrastructures de l’identité professionnelle , Evaluez vos capacités d’autonomie et celles de vos collaborateurs , Grille de lecture du rapport aux autres , Responsabilité : la clé de la personnalité sociale ?), le champ d’intégration, (Voir : Un outil de mesure des infrastructures de la personnalité sociale.), le rapport à l’information, le rapport à l’autorité, les pratiques de délégation, la stabilité. 

Le rapport au temps est une infrastructure de la personnalité sociale

Les conduites sociales d’une personne sont étroitement liées à sa construction du temps. Certaines personnes font « perdre du temps », tandis que d’autres en font « gagner ». Certaines agissent toujours « à temps », tandis que d’autres agissent « en avance » et d’autres encore « à contretemps ».

Pour accéder au contenu complet de cet article, lire ou écrire un commentaire

connectez-vous ou abonnez-vous