Que dit la croyance toxique ?Un collaborateur n’est pas un domestiqueAnimal managementMaîtres et domestiquesDe la déférence au méprisEclairage : Dominant-dominéPréhistoireService de l’entreprise et services à la personneDominant-dominé à tous les étagesCoûts induits de la prise de dominanceValeurs respectives des jobsParadoxeManageur au service de son business, de son unité et de son équipePratiques vertueusesErgonomie professionnelleQui doit servir qui ?Responsabilité individuelle Temps de lecture : 11 minutes / Est-il normal que le manageur dispose d’avantages et de privilèges ?Extraits du chapitre 4 « Le roi des animaux », de mon ouvrage « Coups de pied aux cultes du management. Antidotes au croyances nocives sur l’exercice de l’autorité » Que dit la croyance toxique ? Il est convenu de trouver normal, au vu de ses responsabilités, que le manageur dispose de quelques privilèges, de certains avantages matériels et temporels. Plus son niveau hiérarchique est élevé, ses fonctions devenant plus importantes, plus il est doté des ressources exceptionnelles, quantitativement et qualitativement. Il s’agirait en quelque sorte d’une forme de rémunération de sa «valeur ajoutée ». Les fonctions de ses collaborateurs étant supposées de moindre importance, il est logique que ces derniers assument à sa place des tâches accessoires qui pourraient le perturber ou l’entraver dans la conduite des affaires sensibles. Le temps et l’énergie du […]
Pour accéder à ce contenu, vous pouvez souscrire à Abonnement Solutions Fortes 1 An.