L’autorité : une vieille histoire de violence, de virilité, de peur et de dominance.Une distorsion sans aucune utilité dans l’exercice du management. Figures d’autorité antédiluviennesLa peur, instrument privilégié de l’autorité Rapports de dominance. Le chef a toujours raison et la femme a toujours tortLa nomination précède la “raison”Mâle = chef ; chef = raison  à Mâle = raison  à Femelle : silence !L’histoire n’est pas finie !Le chef, une super-personne… plus « personnelle » que les autres.La chose au service du chefLa carrière, nouvel accélérateur d’abus de pouvoir Temps de lecture : 11 minutes / L’autorité : une vieille histoire de violence, de virilité, de peur et de dominance. Chez les mammifères précédant les hominiens, il était utile pour la pérennité de la troupe qu’un individu dispose d’une force physique et d’une agressivité supérieures. C’était nécessaire pour la chasse, la défense du clan, les franchissements d’obstacles. Qu’il s’approprie la nourriture pour entretenir sa force et les femelles pour transmettre la supériorité de ses gènes, pouvait avoir du sens. Ce fut en tout cas le choix de l’évolution et, de fait, le statut et le rôle dévolus aux mâles dominants. Déjà à l’époque, ces « qualités » s’épanouissaient au détriment des autres membres du groupe. La nature a voulu qu’ils […]
Pour accéder à ce contenu, vous pouvez souscrire à Abonnement Solutions Fortes 1 An.